Les embrouillaminis des histoires de papi

Écrit par Gianni Rodari
Illustré par Beatrice Alemagna
Traduit de l'italien par Aude Pasquier

Il était une fois une petite fille qui s’appelait le petit Chaperon jaune. Ou est-ce que c’était le petit Chaperon rouge ? Dans les bois, elle rencontra une girafe. Ou est-ce que c’était un cheval ?

L’histoire qui suit est sacrément embrouillée… mais elle est parfaite : toutes les erreurs n’ont pas forcément besoin d’être corrigées !

Dans ce conte, Gianni Rodari nous enseigne que parfois, se tromper, c’est la meilleure manière d’inventer des histoires.

Collection : Hors collection
Âge : À partir de 4 ans
ISBN : 978-2-930938-44-8
Prix : 15.90 €
Format : 25 x 29.5 cm
Pages : 40

Aude Pasquier

Aude Pasquier est une traductrice française. Elle a étudié les langues étrangères à l’université Paris-IV Sorbonne et la traduction littéraire à l’ISTI à Bruxelles. Elle a vécu à Bruxelles, Barcelone, Paris, Prague ou Trondheim, en Norvège. Elle aime se glisser dans l’ombre d’auteurs américains et scandinaves sensibles et engagés, que ce soit en jeunesse, en littérature pour adultes ou en bandes dessinées. Après avoir un temps enseigné les langues, elle voyage beaucoup en Scandinavie.

Beatrice Alemagna

Beatrice Alemagna est une autrice et illustratrice italienne née à Bologne. Dès son plus jeune âge, elle se passionne pour l’illustration : à huit ans, elle rêve de devenir peintre et écrivain. Elle étudie donc le graphisme et la photographie à Urbino. Elle gagne le premier prix du concours d’illustration « Figures futures » du salon du livre de Montreuil à Paris en 1996. Elle s’installe en France en 1997.

Elle a réalisé près de quarante albums en France et ailleurs. Parmi eux, les magnifiques Un grand jour de rien (prix Landerneau en 2017), Un lion à Paris et Le fabuleux désastre d’Harold Snipperpott. Son travail est primé et exposé partout dans le monde.

Gianni Rodari

Gianni Rodari (1920-1980) est un célèbre écrivain italien. A 17 ans, il obtient son diplôme d’enseignant et devient instituteur d’école primaire. À la fin de la seconde guerre mondiale, il entame une carrière dans le journalisme, qui l’amène à collaborer avec de nombreux périodiques. Dans les années cinquante, il commence à publier ses livres pour enfants, qui remportent immédiatement un grand succès auprès du public et des critiques Ses livres (Histoires au téléphone, Grammaire de l’imagination, La tarte volante…) comptent d’innombrables traductions. En 1970 il reçoit le prestigieux Prix Hans Christian Andersen.

Il est devenu une référence de la littérature pour enfants et de l’enseignement de la lecture.

Le centenaire de sa naissance est célébré en 2020, une occasion de souligner la grandeur d’un homme, la valeur de son travail littéraire et pédagogique, la légèreté narrative délibérée qui imprègne son œuvre.    Ses textes ont inspiré les plus grands des artistes de l’illustration pour enfants, tels que Bruno Munari, Emanuele Luzzati, Raul Verdini, Altan, et bien sûr Beatrice Alemagna.